Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fanny BERREBI

Qui suis-je ?

medium_Sans_titre.2.JPG

INTRODUCTION

Grande fille un peu vieille maintenant, à la couleur de cheveux indéterminée, précise que sur la boite c'était écrit : « blond foncé doré cuivré ».

A compris que ce n’est pas en forgeant qu'on devient rédacteur.

Créative et de nature passablement équilibrée, elle n’en est pas moins farouchement opposée à toute forme de proverbe et va s’échiner à vous le prouver tout le long de sa description avec une affligeante constance (en cela je ne parle pas de ma copine Constance).

Prenons un exemple : OUI, il peut y avoir de la fumée sans feu, par exemple dans les boites de nuit, quand ils essaient de nous faire un revival "si tu ouvres la bouche, tu es mort" à coup de fumée odoriférante et soi-disant ambiancigène.

OUI, on peut passer Noël au balcon et pâques au balcon aussi, mais pas sur le même balcon. OUI on peut voler un œuf, et puis en voler tous pleins d’autres comme ça au moins si on n’arrive pas à voler le bœuf parce que c’est quand même plus lourd, on pourra toujours manger des omelettes (en cassant les œufs, ou pas (voir plus loin)).

OUI le ridicule tue : adieu.  

Mes Hobbies

Entretenir mes névroses

Faire mentir les proverbes

Faire accorder les verbes en genre et en nombre avec le complément d’objet direct, ajouter un complément de lieu et si possible, un zeugma.

Ma citation préférée

« Pour les souris je sais pas mais quand le chat n’est pas là, mon tricot reste à sa place » (expression de ma grand-mère).

Mon caractère

Rira bien qui rira le dernier mais aura bien ri qui rira le premier (Expression de ma grammaire).

D’après certains je serais intense, et dépositaire d’une grande noirceur intellectuelle. D’après un bol à 3 euros je serais profonde, lucide et tourmentée. D’après mon papa je suis vieille fille. D’après moi le déluge...

 

Mes défauts

N’aime pas les araignées, ni le matin ni le soir. Quand je ne donne pas de nouvelles, c’est plutôt mauvais signe, et non point bonne nouvelle.

Ne pense sérieusement pas que si je paie mes dettes, l’argent va miraculeusement revenir sur mon compte.

D’après ma sœur, je souffre d’un complexe de supériorité et je procrastine. D’après moi, ma soeur est avocate et non psychologue.

Mes qualités

Un jour on m’a dit : qui ne risque rien n’a rien, depuis je risque. Je n’ai toujours rien, mais je garde espoir.

Capable d’aller loin sans faire le ménage dans ma monture Fiat.

Mes qualités je ne sais pas, quant à mes quantités, je peux au moins vous dire qu’une Fanny extravertie en veaux bien plus que deux (je ne fais pas de fautes d’orthographe, à méditer).

 

Mon restaurant préféré

On ne fait pas d’entrecôte sans couper des bœufs, c’est tout ce que j’ai à dire.

Ainsi que : tout ne vient pas à point à qui sait attendre, par exemple : un steak trop cuit.

Mon resto préféré c’est celui on je ne vais pas quand je sais que je vais payer ma part dit la blonde qui dort en moi. La brune est une féministe, elle s’insurge. La rousse vous rétorque qu’on dit ‘‘blond vénitien’’ et que sur la boite c’était écrit ‘‘blond foncé doré cuivré’’.

Les endroits que je vous recommande

La tour d’argent (comme quoi quand on veut, on ne peut pas toujours). Je peux garantir à l’homme qui veut m’y inviter qu’il a toutes les chances d’avoir le choix dans la date (ah oui, je fais aussi de mauvaises contrepétries).

Mon conjoint idéal

Un homme qui pense que pour réussir, il faut d’abord vendre la peau de l’ours quitte à se « galérer les miches » pour le tuer ensuite.

J’aurais envie de dire que les grands esprits ne se rencontrent pas toujours sinon je ne serais pas célibataire, mais force est de constater qu’avoir un esprit ne dispense pas de soigner son physique. Qui ressemble à une clé à molette ne peux décemment pas s’assembler avec une tortue (sauf si vous êtes les parents de Jim Courrier). Par un parallèle fulgurant, je dirais : qui ressemble à un étudiant tchétchène sans papiers, ne peux décemment pas s’assembler avec une grosse tune de Paris (même si elle a des origines ashkénazes indéniables).

Sinon je le prendrais bien brun, propre sur lui et non-pratiquant de la radinerie masquée (ou la méthode dite de la générosité sélective : je ne te paie le resto que si j’ai une chance de te peloter les seins).

Ma destination préférée

Rome, faite en un jour (si !). Ceci dit, il faut savoir que tous les chemins ne mènent pas à Rome, par exemple le chemin de Rambouillet mène à Rambouillet.

Sinon Bennerville, ou quand t’es enrhubé, t’es super benner (et tu fais accessoirement des calembours binables).

 

Description

Je ne sais pas exactement si les quelques kilos qui trônent gracieusement sur mon postérieur ont été bien mal acquis mais Dieu ce qu’ils profitent !  

Ma devise

Il n’est pire eau que l’eau non potable qui dort (ou pas).

May the force be the force (et les vaches seront bien des vaches).

Dédicaces

A ma petite sœur, qui sait, comme moi que l’appétit ne vient pas qu’en mangeant, en faisant rien ça marche aussi !

A mon petit frère, capable à lui tout seul de pulvériser un des plus grands proverbes de notre temps l’argent ne fait pas le bonheur. Je dois cependant reconnaître que vu l’état de son nez, il est difficile de nier que dans son cas (et dans son seul cas) l’argent n’a pas d’odeur.

A mon cousin, un grand maux sans grand remède, j’ai envie de dire ! Qui, dans le doute, ne s’abstient pas, et c’est mieux comme ça finalement.

A ma maman, avec qui la discussion ne fait pas jaillir la lumière, bien au contraire, ou alors un feu d’artifice peut-être.

A mon papa, heureux au jeu, heureux tout court, pourvu que ça dure !

A ma cousine, pour qui, au contraire de certaines, il n’est pas nécessaire de tourner 7 fois sa langue dans une bouche avant de parler.

A mon neveu, preuve vivante que le mieux n’est pas l’ennemi du bien !

Aux gens de la météo, qui savent, eux, que parfois, après la pluie, il y a encore la pluie.

A tous les moines de la terre qu’on reconnaît à leurs habits !

A Hamilcar, mon chat qui est noir, même la nuit.

A Pierre, qui ne voit pas l’intérêt d’amasser de la mousse, surtout en roulant.

A ma diététicienne, qui m’a appris à faire des omelettes sans casser d’œufs mais en ouvrant un sachet.

A mes éventuels employeurs, à qui j’ai envie de dire que UN "TU L’AURAS" CA IRA BIEN, merci.

A l’ANPE, qui devrait savoir, maintenant que si, Madame, il existe des métiers très très sots !

Et enfin, à tous ces gens crédules à qui je me dois d’ouvrir les yeux : non, messieurs dames, les murs n’ont pas d’oreilles, sinon on ne dirait pas clou mais "boucle d’oreille".

A vous, madame, qui avez pris la peine de tout lire,

A vous monsieur, que je viens d’appeler madame,

MERCI !