Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ma vie mon oeuvre, épisode chef de chantier

Rappel de l'épisode précédent :medium_rappel.2.jpg 

 

 

<= Episode précédent... 

 

 

 

 

 

Si vous avez manqué le début : (Tant pis pour toi (non je déconne)) j'en étais à :

 

... Et je naquis (sushi, yakitori amos (ou l'on comprend qu'une mauvaise vanne c'est comme un vent : faut que ça sorte (ça faisait depuis la note précédente qu'elle me travaillait))).

 

medium_taxi.jpg Le 11 juillet 1977, un peu avant 16h, je faisais déjà preuve d'une certaine impatience face aux viccissitudes de la vie quotidienne, tandis que TAMER manquait de mettre bas sur la banquette arrière d'un taxi préoccupé qui tant bien que mal tâchait d'emmener à la clinique TAMER (ouéééééé placéééééé !!).

 

 

 

 

Je vis le jour à 16h pile, dans la joie, l'allégresse mais aussi une espèce de slime dégoutant qui est le lot de tout nouveau né.

 

 medium_couveuse.jpg

Mais, et c'est là tout le paradoxe qui marqua de son sceau la totalité de mon karma acnéique, j'avais alors la forme étrange d'une crevette anorexique ... laquelle forme ne manqua pas d'inquiéter docteur Maboul qui eut aussitôt le réflexe de me placer dans un cube transparent tuyauteux avec gants intégrés par delà lequel on pouvait me regarder agoniser. un truc communément appelé : couveuse. Ce qui acheva de me donner l'image de moi qui m'accompagna tout au long de ma vie : un brouillon de poule.

 

 

 

Oui, parce qu'en ce bon vieux temps, je maigrissais trop vite. C'est ça mon truc à moi, maigrir trop vite quand t'es pas assez développé pour pas en mourir, et ensuite, grossir plus vite que t'as même le temps de penser à manger une banane. 

Tu penses.

 

...

 

Pour découvrir la suite, compose un joli bouquet de fleur et tape toi la tête dans les murs. Si une trainée rouge apparaît, fonce à l'hôpital, tu gagneras peut-être un magnifique cliché de ton crâne. Participe au tirage au mauvais sort et gagne un exorcisme !

Commentaires

  • Un exorchimche ? cha devient vaudou cha ? chi ché la peine de faire des chakrifiches faut les faire gragllll [j'ai avalé de travers]

  • On fera comme tu veux Cortol, on les fera graglll si tu veux.

  • IL me semble que l'on écrit pas slime mais slim, mais le e s'est peut être englué dans ma mémoire , mme 777, happy Fanny (c'est quand qu'on tire les rois ???)

  • Stationnement en épi fanny, c'est quand on choisit le roi qui bourre la reine (n'imp).

  • ;)

  • Tiens, le 11 juillet 1977 vers 16h, j'prenais mon goûter avec du pain, du beurre et une benne entière de Nesquik par dessus. .. après, on a joué au foot avec une couveuse...


    Ceci explique sans doute cela. Pardon.

  • Ouais je me souviens de cet après-midi... J'ai même marqué deux buts en reprise de volée, mais la couveuse a tenu le choc après sa chute dans une flaque de mazout.

    J'viens de participer au jeu de la tête dans l'mur et malgré la trainée sanguinolente je n'ai toujours pas empoché la magnifique photo de mon crâne promise ; est-il nécessaire de passer à l'hôpital pour obtenir son lot ? Faut il apporter son kodak jetable ? Est-ce que sur la base de ce premier chapître prometteur l'équipe de Paul Bocuse va mettre au point une fabuleuse recette de crevette en gelée servie exclusivement pendant le mois de juillet des années finissant par un '7' ? Doit on imputer le sourire de 6.31 français sur 15 aux performances del'actuelle équipe de France de natation lors des précédents championnats européens ? Peut on penser que la rebellion de Kamenev était fondée sur une anticipation bien sentie de la trahison de Zinoviev qui fit le choix fatal de se rallier à Staline ? Est-ce cet accouchement tumultueux qui donna ce goût pour la varape à la jeune Fanny ?


    Vous le saurez en regardant la suite de ce feuilleton déjà nimbèrouane dans les bacs.

    (parenthèse nombriliste : finalement Mry a catalogué ma face des 80's en censurant une partie de la photo, ça m'a d'abord fait rire puis j'me suis dit qu'on vivait dans un monde de pères verts et à cela je dis non ! Colorons-nous désormais de bleu au moment d'endosser la responsabilité de la paternité)

  • Censeurs, ronds de cuirs ...

Les commentaires sont fermés.