Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ma vie, mon oeuvre, Madame Tatin, si je te chope je te mets un pain (épisode violent interdit aux moins de 12 ans)



Rappel des épisodes précédents :
medium_applaudissements_doc_joint.jpg

Préambulance : Cet épisode se situe avant le dernier épisode en date. La destructuration du récit étant ici utilisée à des fins artistiques pour exprimer les affres de la perte de mémoire infantile.

 

Avant que TAMER fut complètement divorcée de Godfather et donc complètement remariée à Henri, nous fumes, Clar le Calamar (ça c'est ma soeur) et moi envoyées quelques temps chez une femme de haute qualité nourricière intitulée Madame Tatin.

 

En fait elle s'appelait madame Chopin, mais je tiens à respecter l'anonymat de cette connasse pour ... oh merde c'est raté !

 

ATTENTION !!! BIP BIP ATTENTION !!! EPISODE PLEIN DE GROSSIERETES ELOIGNEZ LES ENFANTS ET LES PORTUGAIS (ça c'est juste pour moi).

 

medium_tatin.jpgNous fumes envoyées chez madame Tatin car celle ci avait fort bonne réputation. Sa petite maison bucolique au coeur d'un village pittoresque de quelque part en France donnait belle image d'enfants jouant dans les fougères, de chiens gentils aboyant joyeusement leur contentement et de vieille dame à chignon faisant des gâteaux. En terme de gâteaux, on pourra retenir que Madame Tatin, à l'instar de son homonyme savait très bien retourner des tartes (ça, c'est fait).

 

 

A la décharge de TAMER et Godfather, outre la réputation impeccable de Madame Tatin, ceux-ci avaient fort à faire de leur côté, et c'était les grandes vacances, alors pourquoi pas une colonie de vacances un peu hors norme pour initier les enfants aux joies de la campagne ? D'autant que d'enfants il y en avait plusieurs dans la maison de la put... de Madame Tatin.

 

Il y avait un garçon qui avait la coiffure des Jackson Five, ça c'est une demi-certitude due à des relents mémoriels un peu déformés par les différents abus que cette expérience me fit réaliser (notamment comme ce fut le cas cet été là : manger une araignée ... est-elle toujours pendue à mon plafond ? Pour répondre à cette question, compose mon numéro et prépare toi à te faire copieusement insulter).

Et il y avait Raymond ... Mais laissons là cette partie de l'histoire pour y revenir après complète décongélation du corps de Madame Tatin qui prend toute la place sur la table de ma cuisine, et parlons plutôt des différents plaisirs que nous vécûmes alors et qui constituèrent le patrimoine de notre névrose naissante.

 

Madame Tatin, cette femme délicieuse (avec du curry surtout) s'occupa de nous comme si nous étions ses propres poux.

 

medium_crust.jpg

Je me souviens avec nostalgie de la façon délicate qu'elle avait de nous accrocher des crustacés vivants au T-shirt lorsque nous faisions pipi au lit. Bien sûr, impatients de renouveler l'expérience, nous faisions immanquablement pipi au lit chaque nuit.

 

 

 

Lorsque, dans la promiscuité de nos lits superposés, nous parlions aux autres enfants dans le but d'apprivoiser le froid qui nous étreignait, elle mettait entre nos lits des cartons pour fabriquer avec les moyens du bord la solitude apaisante qui fait que tu t'endors serein et rassuré par le contact de ton pipi sur ta peau.

 

 

medium_lentilles.jpg

 

Lorsque repue des bons repas qu'elle nous concotait, je négligeais chaque soir mon plat de lentilles (petite révolutionnaire que j'étais, plutôt me faire manger par son fils que de bouffer des lentilles) elle m'apprenait les règles de la bienséance au coin pendant trois ou quatre jours, jusqu'à ce qu'épuisée par l'effort, je fisse tomber mon plat de lentilles par terre et ne put décemment le manger sous peine d'ingérer des débris d'assiette creuse.

 

 

Madame Tatin nous menaçait, nous terrorisait, nous "apprenait la vie" comme on dit, et ma reconnaissance est telle que je ne peux m'empêcher de ressentir l'envie, en retour, de lui apprendre la mort.

Quoique ça doit déjà être fait, si mes calculs dans ma vésicule sont exacts (et ils le sont, j'ai encore la boite).

 

Madame Tatin avait une fille, celle là même qui convainquit Godfather du bien-fondé de notre séjour chez sa maternelle engeance (crève en enfer sale morue). Celle-ci me vouait un amour complètement pas réciproque tel qu'elle appela sa fille Fanny, ce qui ne fera jamais qu'une névrosée de plus avec mon prénom, finalement.

Mais madame Tatin avait aussi un fils.

 

RAYMOND !!!

S'il est des missions délicates au cours d'une vie, je peux vous dire qu'il en est peu qui valent celle consistant à faire admettre au monde l'existence de RAYMOND.

 

Je remercie encore le ciel chaque jour de m'avoir donné une soeur qui fut là pour partager avec moi ce qui n'était pas une hallucination collective ou une déformation de rêve d'enfant transformé en souvenir par je ne sais quel biais tordu. Raymond a existé et ma soeur l'a vu aussi. Je ne suis pas folle, du moins pas sur ce point là.

 

Comment le faire comprendre au monde, c'est une autre affaire. Car RAYMOND vivait caché.

Affligé d'une tare psychomoteur non identifiée par mon cerveau-lent de petit être humain en construction et non au fait des différents syndrômes qui font que tu balances tes jambes bizarrement en bavouillant de ton menton prognate tout en tâchant de prononcer des sons intelligibles, mais que pour les trolls, RAYMOND partageait son quotidien de borborysmes avec nous autres, la plupart du temps. On l'aimait bien.

 

Mais dès lors qu'une visite arrivait, RAYMOND réintégrait dans le branle bas de combat son placard dans la cuisine et attendait que le temps passe en mangeant ses ongles, ce qui lui valut, accessoirement de nombreuses hospitalisations et nous apprit au passage qu'il était humainement possible de se griffer l'intérieur du corps.

Je vous avais dit que Madame Tatin nous apprenait pleins de trucs.

 

 

Clar le Calamar et moi même partageons une même nostalgie pour cette époque bénie entre toutes, dans laquelle nous reviendrions avec le plus grand des ... couteaux de cuisine.

 

...

 

Si tu veux connaître la suite, composes toi une patience d'ange et tape sur ton bureau avec tes ongles en attendant demain.

Commentaires

  • excellent ! j'adore toujours autant ;-)

    tic tic tic (son du tapotage d'ongle, oui un seul digne de ce nom, préservé car alloué au chatouilage de cordes, et donc capable d'atteindre le bois du bureau avant le doigt qui l'héberge, évitant ainsi un "poc poc poc" mou et disgracieux)

  • huhuhuhuhuhuhu

    (ça veut dire que je me marre !)

  • Ha ben on a beau dire, hein, on se sent con quand on a rien d'autre à dire que "j'ai bien ri" dans un commentaire, mais pour l'auteur ça fait toujours plaisir, c'est tout.

  • même rigolote, cette histoire, on dirait une peinture de Hieronimus Bosch écrite...
    le coup de se "griffer l'interieur du corps" c'est pire que Saw...

  • Et c'est du vécu babe, t'imagine un peu maintenant ...

  • j'avais bien senti
    effectivement, ça forge le caractère...

    j'ai eu, ça ne t'etonnera que le sein gauche, le même genre d'XP avec mon frere en moins sordide mais aussi solo, 1 mois dans un trou perdu avec mamie et le chien... sans télé ! Parce que j'avais peuuuuur de la colonie de vacances...

    A 12 ans, fiuut, je refilais en camp d'ado ! le bagne ou l'exile, j'ai choisi !

  • J'avoue, mon sein gauche en est tout tourneboulé (et ça ne fait rien pour arranger les choses entre mes deux seins qui se tirent la bourre depuis que je lutte contre le toc de la symétrie (à venir dans Ma vie, mon oeuvre, j'texpliquerai)).

    Mais à mon avis t'as pas bien compris à quel point tout ça c'est bien plus pire qu'un été avec mamie... quoique ça dépend de mamie finalement ... ptain sans télé ... je suis soudain prise d'une frénétique envie de pousser une longue complainte et de te serrer très fort dans mes bras (mais je n'en ferai rien parce que mes nichons sont tellement vénères qu'ils pourraient décider de t'étouffer avant que j'ai le temps de comprendre).

    Et tu sais, je peux pas me permettre d'aller en prison en ce moment, j'ai cette conasse de Madame Tatin à maudire sur douze générations et demi.

  • Si, si j'ai compris...
    j'arrive à gratter la couche de calembour et autre contrepet
    pour voir l'histoire bien comme il faut
    terrible a souhait...

    effectivement ma mamie n'etait pas une tortionnaire loin de là (8 avé, 4 pater, signe de croix à la vitesse du son...)
    elle était aussi seule que mon bro et moi....

  • Decidemment, le temps est au message de haine et de vengeance dans la blogosphere !
    Enfin tant que c'est fait dans le respect des droits de l'homme et du calembour, je vais pas me plaindre.

    Au fait, on arrive quand a ta periode de 14 ans nicois ?

  • Bon ben quitte à faire des cales en bourre pourraves et des jeux de mots approximatifs j'me lance (mais pas trop fort) sur un truc qu'on a déjà dû te faire un max de fois :

    si Berrebi

    alors chapeau hétéro ?

    et casquette homo?




    Bon, en même temps, j'avais prévenu...

    Je sors quand même ...

    à reculons...


    (désolé et toutes ces sortes de choses...)

  • Gilles : je me la suis auto-faite sur ce même blog. Dommmmaaaaaage (y'a pas pire que moi en calembour minable mettez vous le bien dans la tête ... juste en dessous du chapeau).

    Allez hop

    Berret bi et chapeau bas

    plouf plouf

  • Trop trop fort ! On va la retrouver,crois moi !

  • Ah non non aucune chance j'ai trop bien caché son corps (pfffrrff n'importe quoi)

Les commentaires sont fermés.