Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les relations humaines - la suite tant attendue

La semaine dernière*, nous vous expliquions comment améliorer vos relations interpersonnelles grâce à la mise en pratique de quelques principes simples issus de l’ouvrage de monsieur Dale Carnegie (mec bien dans ses pompes du 20ème siècle) intitulé « Comment se faire des amis ».

 

«Tu peux te faire plus d’amis en deux mois si tu t’intéresses aux autres qu’en deux ans si tu attends que les autres s’intéressent à toi.» Dale Carnegie.

b353ad027e340e48321c4b03afd96190.jpg

Un ouvrage bien pratique si, comme moi, vous vous êtes débrouillé pour perdre les vôtres au poker.

En suivant les 9 premiers principes, vous avez normalement retrouvé une vie sociale harmonieuse avec votre entourage. Vous vous sentez plus détendu, plus souriant, vos cheveux sont si brillants que plus personne ne vous cherche de poux, votre visage s’éclaire comme si vous mangiez des perles de lait dans un photomaton et vous avez des relations sexuelles régulières. Vous sentez mieux de sous les aisselles, vous n’avez plus de boutons et vous avez bon espoir que docteur House revienne sur les écrans. Cela vous fait déjà pas mal de changements. Mais il manque encore quelque chose… Cette semaine, nous allons étudier comment obtenir la coopération d’autrui et rallier les autres à votre point de vue. Ce qui pourrait se traduire par « comment se faire des amis super beaux qui sont d’accord pour que vous ayez toujours raison ».

 

Ces principes s’appliquent la plupart du temps lors d’une négociation, c'est-à-dire une conversation en face à face ou deux personnes qui ne veulent pas la même chose exposent leurs arguments jusqu’à ce que l’une des deux qui n’est pas vous abdique en étouffant quelques jurons. Cela peut s’appliquer à des relations sexuelles, pour répondre à la question de F. … de Paris… ce qui revient à peu de choses près au même sinon que ce n’est pas toujours en face à face.

 

Passons à l’exposition des principes :

10 – Evitez les controverses, seul moyen d’en sortir vainqueur

Exemple : « moi j’évite toujours les voitures controverse la route »

 

11 – Respectez les opinions de votre interlocuteur, ne lui dites jamais qu’il a tort

Exemple : « Je respecte complètement tes salades opinions, même si elles ont autant d’intérêt que la carcasse d’un poisson mort. »

 

12 – Si vous avez tort, admettez le promptement et énergiquement

Toute la difficulté de ce principe réside dans une idée simple : comment je fais pour admettre promptement et énergiquement que j’ai tort si personne ne me le dit ? C’est pourquoi le principe suivant nous sera d’une grande utilité.

13 – Commencez de façon amicale

Exemple : « Corrige moi si j’ai tort mon bichon, et je me ferais un plaisir de l’admettre promptement et énergiquement, mais tu serais pas un peu con sur les bords ? »

 

14 – Posez des questions qui font dire oui immédiatement

Exemple :

Eviter « avoir une relation d’ordre sexuel avec ma personne céant là tout de suite, ça te provoque des trucs dans ton pantalon ou bien ? »

Préférez : « Tu aimes le sexe ? »

« oui »

« Tu aimes le sexe avec les femmes ?»

« oui »

« Tu es d’accord sur le fait que les femmes ne sont pas des hommes ? »

« oui »

« Tu es d’accord sur le fait que je ne suis pas un homme ? »

« euh … ouu…i … »

« hin hin »

 

15 – Laissez votre interlocuteur parler librement

De même que procédait Freddy Krueger, qui je le rappelle était une véritable référence en terme de négociation, n’hésitez pas à insister sur le cutter… oh pardon j’ai ripé, je voulais dire à insister auprès de votre interlocuteur sur le fait que parler en toute liberté est un droit inaliénable qui lui sera dévolu jusqu’à ce que la mort le sépare.

 

16 – Accordez à votre interlocuteur le plaisir de croire que l’idée vient de lui

Exemple : « Roooh dis donc, c’que t’es bien gaulé toi, r’gardez moi ces épaules »

« Meuhais nan, c’est les habits qui font ça »

« T’es modeste »

« Nan j’te jure, tu me verrais tout nu … »

« Oh dites donc mon coquin, faudrait voir à garder vos idées concupiscentes pour vous. Hein ! Je ne mange pas de ce pain là moi môsieur »

Sur la demande de la préfecture de police, je précise que « t’aimes ça salope » n’est pas une application valable du principe numéro 16, comme en attestent bien souvent les coups de griffes administrées par la petite personne qui se débat.

 

17 - Efforcez-vous sincèrement de voir les choses du point de vue de votre interlocuteur

Exemple : « Monsieur Lebanquier, moi aussi, si j’étais un gros vieux garçon frustré et sans avenir qui sent ses pets et dont le seul moment de joie de la journée consiste à mesurer la taille de sa crotte du matin, moi aussi j’aurais qu’une envie c’est de bloquer mon compte et de m’envoyer au contentieux comme une sale chipie qui n’a aucune notion de l’argent, mais je sens confusément que vous êtes capable de mansuétude … oui c’est ça de gentillesse… je sens que la pitié est l’apanage… le euh … des hommes comme vous monsieur Lebanquier… »

18 – Soyez réceptifs aux idées et aux désirs des autres

Exemple : « Tu veux bien faire la vaisselle ? »

« Non fais la toi, moi j’ai pas envie »

« Ah bon ? Et t’as envie de quoi ? »

« Euh … de regarder la télé »

« Vraiment ? »

« Oui oui »

« Ben moi aussi sauf que si je fais la vaisselle je pourrais pas, ALORS TU VAS FAIRE LA VAISSELLE  ! »

 

19 - Faites appel aux sentiments élevés

Exemple « Tu ne m’aimes pas, tu ne m’as jamais aimée. Je t’ai donné 10 ans de ma vie, je t’ai donné 3 enfants. J’ai été une épouse fidèle et serviable, et toi tu ne m’aimes pas !! »

« Mais si je t’aime euh »

(voix suraigue) « NAAAAAAAN Tu m’aimes pas c’est tout !! »

« Mais comment faut que je te le dise ?!! »

« Euh … Fais la vaisselle pour voir ?! »

 

20 – Démontrez spectaculairement vos idées. Frappez la vue et l’imagination.

Exemple : « Chéri, regarde c’est Hollywood à la maison ce soir ! Si tu fais pas la vaisselle je te crève les yeux avec des cure-dents et je les fais bouffer à ta mère en lui disant que ce sont des boules de mozzarella.  »

 

21 - Lancez un défi

Et si ça ne fonctionne pas, insistez. Exemple : « J’parie que t’es pas cap de faire la vaisselle »

« Tu me prends pour ta bonniche ? »

« Chiche ! »

 

 

La semaine prochaine**, nous étudierons comment hypnotiser votre compte en banque.

 

 

* Licence poétique, traduisible par « il y a tellement longtemps que depuis tous vos cheveux sont tombés et la seule dent qui vous reste est encore plantée dans votre main»

** Façon de parler...

Commentaires

  • c'est bizarre, ca me rappelle des gens

  • tsi hi,
    c'est bizarre, ça me rappelle des Michel.

  • AVIS A TOUS LES FANNY BERREBIENS ET AUTRES FANNY BERREBILLES :

    Ce n'est pas sale!

    Je sais, vous n'avez pu réprimer un geste de recul, mû(e)s par une stupeur bien compréhensible à la lecture de cette dernière note de notre chère calembourmédienne*.

    Ce n'est pas sale!

    Votre effroi et légitime. Oui, force est de constater que oui : fanny bois plus que de raisin, pardin... -son, pardon.

    Ce n'est pas sale!
    (sauf à en foutre partout sur votre joli tailleur - au demeurant un peu rétro, mais du charme désuet des frustrées duc, on ne dira jamais assez, assez!)

    Si vous avez su lire entre les lignes de la note précédente la note précédente d'avant, vous aurez compris que fanny n'a simplement pas su résister à l'appel du bon-gars.

    Ce n'est pas sale!
    ne lui jetons pas la pierre, Pierre. ce ne peut être qu'une faibesse passagère, Jer'.

    FIN DE L'ALERTE
    sortez en rang par deux en laissant vos copistes sous le bureau.

    *calembourdienne ; du palatin "calembour" et du gekko "comédienne" - ce qui nous laisse bien loin du Présidnt Boumedhien...mais je m'expliquerai plus avant sur ce terme sur 'pavupapri' d'ici peu là de suite.

  • Vous êtes en train de m'insinuer comme un alcoolique péremptoire monsieur Tiniak ? Faudrait voir à raison garder hein, on est pas des sauvages.

    Ok je vois trop ...

  • Il est à présent très clair que l’on ne peut que ressortir grandi et subtilement armé après lecture de cet ouvrage universel. Les principes de Monsieur Carnegie sont la clef de voûte du challenge relationnel ; et que dire da la manière brillante par laquelle vous avez su les illustrer, maîtresse ? (notons que ce dernier terme doit s’entendre dans son acception la plus étymologique, c'est-à-dire « la femme sui diffuse le savoir à dessein d’édifier des masses populaires », et non dans un sens sado-masochiste ; ça c’est pour après les cours…).

    Il est toutefois regrettable que ce bon Dale ait fait si peu de cas des situations particulières susceptibles de jalonner notre existence. On aurait par exemple aimé un chapitre sur l’art de gagner la sympathie du voleur lors du cambriolage de son appartement ; un autre expliquant comment se faire un ami de son adversaire sur un champ de bataille ; ou encore un petit encart relatif à la manière de rallier des anthropophages à un point de vue végétarien…
    Mais il y a à fort à parier que notre coach en psychologie sociale aura tôt fait de nous mitonner un nouvel opus, qui se vendra comme de bons pains tous chauds !

  • je n'insinue rien, j'affirme : CALEMBOURMEDIENNE de toi!

    et je le prouve... [clic on zeu pseudo]!

  • Fanny,

    comment n'as-tu pas encore fait fortune avec une gouaille pareille ? Ton blog, c'est mieux que le prozac, ça devrait être remboursé par la sécurité sociale !

  • Waou, ca c'est un blog rose, un vrai !
    Juste ca va etre difficile pour moi de l'ouvrir pour lire quand je suis au bureau, ca eclaire jusque dans le couloir ;)
    Ravie de t'avoir rencontree hier soir
    Tilly

  • les exemples sont de toi? Non parce que là, qu'est ce que j'ai rigolé!

Les commentaires sont fermés.