Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Have a little faith in me

     
     
    Dans la peau de Faith, je n'ai pas pu m'y glisser ...
     
     
    01-noscale.jpg

    Quoi y'avait pas ta taille ?

    (screugneugneu)

     

    Parce que j'étais malade, le jour où la gentille Bao de chez Ketchum m'a invitée à parcourir la ville, à l'instar de Faith pour trouver des machins rouges que nous étions censées donner à des espèces de yamakazis rebelles très banalement intitulés des "messagers".

    Ensuite parce que je ne dispose pas encore du merveilleux outil qui me permettra de passer des heures à m'énerver parce que j'arrive pas à faire H2, B3, Z6, bas, bas, haut, gauche pour passer un mur en faisant un triple looping carpé.

    C'est ce que fait Faith. Oui je sais y'en a qu'on vraiment des vies compliquées.

    Faith est un messager. C'est beau comme métier. C'est plus joli que "facteur", mais c'est plus dangereux, aussi. Car dans un monde où tout est contrôlé, elle se déplace clandestinement et discrètement en passant principalement par les toits. En grimpant, sautant, glissant, et en faisant des roulades arrières que Nadia Comaneci en resterait comme deux ronds de flan Francorusse.

    Or Faith a un problème. Sa soeurette Kate est accusée (à tort, bien entendu) d'avoir assassiné Robert Pope, qui devait se présenter aux élections municipales.

    Et Faith doit prouver son innocence en réalisant un record du monde de sauts de biche de toit en toit en évitant les cheminées sous peine d'être confondue avec le Père Noël et condamnée à prendre du ventre.

     

    Bon il est clair que je n'ai pas saisi l'intégralité du scénario.

     

    Alors faute de pouvoir m'imaginer un instant dans la peau d'une brunette à tendance asiatoïde qui fait du 34 quand elle se plie en deux (autant dire qu'on est pas rendus), j'ai au moins essayé de me mettre à sa place.

     

    C'est pas facile hein. Je vous prie de me croire.

    Au mieux que j'ai pu concevoir, ma petite soeur Grasse Kelly était accusée d'avoir crevé la roue de vélo de Besancenot et je parcourai la ville à la recherche d'une rustine en fumant cigarette sur cigarette.

     

    Expérience non concluante.

     

    J'ai décidé de demander à mon papa qu'il m'achète une playstation pour Noël, c'est plus sûr... (quoi ? il est riche, mon papa il a une Mercedes)


    (Cet article parlait de Mirror's edge, un jeu Electronic Arts)

    (Mais n'était pas sponsorisé pour autant)

    (Sauf si on considère qu'une overdose de foie gras/pain d'épice est du sponsoring)