Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Shiny Happy pipo

Chez les (shiny happy) people, il est courant d'être convié à découvrir des produits ou à poser avec un air nonchalant devant des photographes pour montrer qu'on y était.

**l'air nonchalant, grossièrement, c'est le contraire de l'air chalant, qui ne veut rien dire. CQFD**

Or, s'il est rare que les Richard Ying de la presse people soient menacés de mort s'ils arrêtent pas immédiatement de me prendre en photo, je suis cependant parfois invitée à découvrir, entre autres, comment le monde regorge d'occasions de pérorer à propos de la vacuité de la vie et de la course folle du temps sur les racines de Lio.

 

Tout cela pendant que mon papa faisait copain-copain avec Michael Vendetta dans les toilettes du Fouquet's.

C'est beau, c'est la blogossitude...

C'est ainsi que je me retrouvai en compagnie de quelques copin(e)s dans les locaux du 104, à la frontière de Dakar et de Ouagadougou, métro Loinpourmoi, pour assister à une soirée brillante.

En effet, après Coca Cola et la ville de Montcuq qui était en réalité la ville de mon choix, Yahoo illumine Paris à grand renforts d'ampoules laides LED.

Et pour inaugurer tout cela, au 104, des gens avec un grand sens de l'artistique réalisaient des figures avec des ampoules pendant que moi j'en faisais (des figures) en m'en faisant (des ampoules).

Un évènement tout à fait délicieux à tendance krocholi, que vous pourrez voir un peu partout dans Paris et devant lesquels vous aurez enfin l'avantage de faire des Ah ! et des Oh ! dûment accompagnés de leurs points d'exclamation respectifs, et ceux qui me connaissent savent à quel point le respect de la syntaxe est primordial dans mon appréciation des vrais moments de la vie.

1884244998.jpg2053842199.jpg

68517745.jpg

On remercie Amelie pour les photos et Yahoo, les artistes et l'agence Elan pour le respect de la syntaxe et des vrais moments de la vie.

 

 

A peine remise de cette première shiny happy experience, syntaxique à souhait, me vla repartie un dimanche matin avec ma ... enfin bref avec ma copine quoi ... sur pas ma mobylette (en l'occurence) au Carrousel du Louvre où mon sens aigu de la syntaxe a été mis à rude épreuve tel qu'expliqué dans l'exemple ci-après :

 

- Foutrediantre, comment est-ce Dieu possible toutes ces boutiques ouvertes le dimanche au Carrousel du Louvre, à côté de la pyramide inversée ?!! J'hallucine grave de mes yeux vus, j'en ferai presque une entorse à mon régime spécial "évitez la carte Electron avant l'été" dites donc.

- Ben t'as des bons d'achats, c'est cadeau, offert par la maison.

- Sans dèc, la maison de qui ?

- Laisse tomber t'es trop con.

- Aaaah pitainsamèrecommenttropjkiffeleshopping

 

J'ai donc eu l'occasion de m'essayer à l'exercice dit du "Annie Pujol" période Roue de la Fortune :

 

3542321518_f8c0b90e4b.jpg?v=03541513753_12997b7182.jpg?v=0

 


 

 

 

 

 

 

On remercie Karine Paoli pour les photos la preuve par l'image que je ne ferai pas carrière dans la Roue de La Fortune

 

Forte de cette déception, je me suis faite inscrire dans la postérité non sans constater au passage que ma tronche sur une oeuvre d'art, ça me plaît presque autant qu'un double zeugma.

 

Faites comme moi, osez tous les styles (sauf l'oxymoron, parce que c'est moche) au Carrousel du Louvre

www.carrouseldulouvre.com

Commentaires

  • Oh hé, le 104 c'est bieng. T'as testé les "restaurants" du Carrousel, hein ?

  • Non, pas eu l'occasion, j'étais occupée à acheter tout ce que je croisais.

  • le métro LoinPOurMoi c'est à ma porte, t'aurais dû viendre t'envoyer un p'tit noir à la casbah (je fais collec', c'est Geoooooooorges qui régale) !

Les commentaires sont fermés.