Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mé(na)gère de de moins de 50 ans

Inutile de préciser que le titre de cet article n'est rien qu'une dédicace au seul vrai blog de ménagères de moins de 50 ans.

Nous sommes toutes un peu des ménagères. Même si nous n'avons pas toutes moins de 50 ans... Malheureusement personne ne rajeunit. Fait d'autant plus douloureux chaque fois que je me rends compte que mon adolescence est un sujet d'étude historique.

 

Mais là n'est pas le sujet.

 

Le sujet est que malgré ma non-installation dans l'appartement de POB que nous appelerons plus volontiers la "batcave" à cause de sa forte teneur en technologies de toutes sortes, celui-ci a l'extrême bonté de me permettre de participer aux tâches quotidiennes telles que vider son lave-vaisselle satellite à écran tactile, ranger ses baskets électroniques ou faire du café normal.

Ce qui fait de moi une demi-ménagère. De là à traduire mégère il y a un pas qui ne sera franchi qu'avec des baskets en béton au large du Cap Corse. C'est tout.

 

 

Comme toute bonne concubine, je dois donc faire preuve d'efficacité et de promptitude en toute circonstance, non sans sourire aimablement à celui qui à l'appel du loup, aime à retrouver sa douce, qui ne se sent plus chatte et qui devient chienne et qui, logiquement, se met à lui aboyer dessus qu'on est plus dans les années 60, bordel de bite en bois (et avec ça je suis gentille).

 

Ne m'en laissant point compter de mes considérations féministes, je n'en reste pas moins attachée à rendre heureux le courageux détenteur de mon coeur, ce que je fis dès le premier trimestre en lui réalisant un rêve d'enfant : rencontrer Pierre Bellemarre.

(ce qui nous permet de placer immédiatement le personnage, si vous voyez ce que je veux dire)

Pour ceusses qui n'ont pas l'ombre d'une culture générale, Pierre Bellemarre est celui qui apporta le principe du Teleshopping en France.

 

Autant vous le dire, nous sommes déjà de fervents amateurs de vente à distance. C'est ainsi que je me retrouvai à maroufler pendant un week-end entier pour satisfaire des besoins décoratifs insoucieux de mon bien-être digital (digital de mes doigts, hein, pas numériques).

 

Il fallait bien y venir un jour, au Teleshopping...

 

Et nous y vinmes pour pallier à la névrose grimpante du POB dont le TOC principal consiste à ranger tout ce qui n'a pas vraiment lieu d'être rangé (des trucs utiles tous les jours comme mon pyjama ou mes chaussons), laissant les papiers administratifs et autres urgences se décomposer dans un coin du salon.

 

C'est ainsi que nous procédames (j'en peux plus de ce passé simple) au rangement de couettes qui avaient bien besoin d'être rangées. Et ce ne fut pas une mince affaire comme vous pourrez le constater dans cette vidéo où Charlie Chaplin n'a rien à envier à Tabatha Cash.


Fanny teste pour vous le sac de rangement sous vide

Une histoire sans paroles (et c'est pas plus mal)


 

Article sponsorisé

Commentaires

  • Excellent !!!!
    (ton sourire de fin me rappelle la doudoune jaune ;o)))

  • Ah !! Ha ha ha !! Moi j'y voyais comme un air d'incruste sur une photo Sinclair/violette...

  • Très original le cote muet de ta video ... tres bien fait !

  • Bravo!Bien vu la vidéo!

  • Le téléshopping me tend les bras à moi aussi (et à mon fils qui me marmonne parfois que tel four c'est bien pour les faisans rôtis), pour l'instant j'ai adopté la livraison de bouffe et autres produits non consommables mais utiles à domicile et c'est juste... BON. Moi aussi ça m'a rappelé la doudoune, j'adore ta vidiou !

Les commentaires sont fermés.