Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cube

  • Cell y mène

    Comment faire une série à suspens en 5 leçons ?
    (une qui cartonne, je veux dire)

     

    1 : S'inspirer de ce qui existe déjà

    Et ne pas hésiter à le faire savoir. Penser par exemple à réaliser une intrigue immersive et addictive… un pur concentré d'adrénaline diffusé en France en exclusivité sur les blogs, avec le soutien d'Epitech (L'École pour l'informatique et les nouvelles technologies), partenaire officiel. Avec une réalisation efficace, un rythme infernal qui plongent les internautes dans un univers très proche des séries Prison Break, 24 Heures ou encore du  film Cube… c'est bien.

    Des références en béton, des adjectifs choisis, une mise en scène pré-visionnage. Rien à redire, tout est parfait.

    A partir de là, il est bon de réaliser ce qu'on appelle un saut créatif.
    Par exemple, au lieu de découper des gens avec des tronçonneuses, vous découpez carrément les épisodes de votre série qui marche en 20 fois 2 minutes.
    C'est un peu le "chouchou et loulou" du polar si tu veux.

    matrix_L.jpgNe pas hésiter à s'inspirer de films cultes, même sans raison, ça marche toujours.

    Exemple "tiens, on est deux mecs et une fille, ce serait pas trop la classe que l'un de nous sorte une phrase super courte et qu'ensuite on mette tous ensembles nos lunettes de soleil avant de marcher dans le couchant ?"

     

     

     

     

     

    3 : Eviter les élipses

    Exemple : faire apparaître au fur et à mesure la raison du pourquoi du comment de la chose, ne signifie pas mettre 4 personnes dans un cube et ne pas expliquer, à aucun moment,pourquoi FOUTREDIEU ces gens étaient dans un cube ?!

    Cube-11485311052006.jpgAnalysons un instant la situation :

    Un matin, un serial killer compulsif qui aurait été victime d'une mère abusive et d'un père à bustier (autant dire qu'il est traumatisé) se serait réveillé en se disant qu'en fait, c'est pas tout ça mais ras le fion de détrousser des petites filles, marre de trancher des gorges, de couper des jambes, entre les problèmes d'obésité qui te rajoutent du boulot, celles qui suivent des cours de Taï bo au club med gym et le groupe facebook d'interpol, c'est plus une vie. Et pas UN seul syndicat prêt à relever le défi d'ouvrir une école. Bref, y'en a marre.
    Changer de carrière oui, mais tout en continuant à décimer des vies humaines, s'entend, sinon ça sert à quoi ? On a une vocation ou on va bosser à la poste, quoi merde !

    Bref, donc le serial, il est en train de sérieusement revoir son plan de vie, lorsqu'il lui vient une idée.

    Forcément, le mec il est super au courant du web 2.0 du participatif, tout ça, alors il pense que ce serait bien que les gens ils soient dans un endroit qui les tue, et que s'ils veulent pas mourir, il faudra qu'ils s'auto-tuent. C'est pas con. C'est gagnant-gagnant. Ou perdant-perdant selon l'endroit de la hache où se trouve ta nuque.

    hannibal.jpgEt donc il commence à démarcher tranquillement et tout le monde lui fait la même réponse : "Ah nan hein !! Pas encore ! Déjà que la starac ils m'ont laissé un bordel j'te dis pas comment, vos petits jeunes vous les gardez".
    Il a beau expliquer que le concept est très légèrement plus ambitieux, rien à faire, ça veut pas.

    Il n'a plus le choix que de fabriquer un cube (bon, le cube c'est ce qu'il y a de plus facile à fabriquer aussi... et c'est bien dommage parce que si j'avais été voir un film qui s'appelle "parallèlépipède rectangle" ben il aurait  gagné 3 points de sympathie. Fin de la parenthèse).

    Sauf que tout ça, c'est pas dit dans le film. Tu penses, sinon ce serait trop long, on serait obligé de te foutre de la Céline Dion en fond sonore.

    Alors on passe là dessus.
    Et des gens comme moi qui passent leur vie à se demander pourquoi, mais POURQUOI ils y sont allés dans ce cube ? T'as pas idée aussi ? Et qui sont obligés d'entrer dans la tête d'un serial killer, au péril de son propre équilibre pour pouvoir trouver une explication à peu près plausible.

    Comprenez donc l'intérêt de dérouler un minimum. Du moins si on veut avoir un fan club de 1500 personnes et non 1500 fans club de 1 personne.


    3 : The company

    Lire la suite