Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • La blogosphère, tu l'aimes ou tu la quittes

    C'est la réflexion que je me faisais il y a peu, tandis que mon nouveau meilleur ami, Twitter se voyait bombardé de messages rageux affirmant à qui mieux mieux que la blogosphère était une pute à frange (ou à barbe, c'est selon) qui ne méritait rien d'autre qu'une bonne vieille haine des familles.

    Genre la blogo c'est ta copine.

    "Blogosphère je te hais"

    C'est pas ridicule ça ? Elle peut même pas se défendre la pauvre, elle est trop plusieurs et en plus elle est pas toujours d'accord.

    Et qu'on ne vienne pas me faire chier au sujet des "dérives scandaleuses", parce que les dérives, il y en a même dans l'atelier poterie du 18ème arrondissement. Alors si y'en avait pas sur la blogo, c'est qu'on seraient tous bon pour Saint Anne. Et je parle pas d'aller se kiffer un petit japonais traditionnel, si tu vois ce que je veux dire.

    Et alors que certains s'érigent en "petits rebelles culottés" (mais culotte courte, quand même), d'autres défendent avec ardeur leur intégrité.

    Et pendant ce temps, tous jouent inlassablement le jeu du vassal en rédigeant consciencieusement des notes comment on paie ses impôts en criant au scandale.

     

    Un peu plus et on se croirait en France, sans déconner...

     

    Moi si j'étais présidente de la blogosphérie, je forcerai tout le monde à faire que ce qu'il veut et à pas me prendre la tête avec les conséquences, et à respecter les anciens (non je parle pas des gens qui bloguent depuis 2005) parce que moi depuis que j'offre à ma grand-mère les cadeaux qu'on me fait dans les opérations blogueurs, je me sens pour de vrai l'âme d'une star.

    Et çui là qu'est pas content je le condamne à écouter du Jo Dassin en boucle :

     

    On peut pas tout à la fois siffler l'apéro et l'opéra

    On peut pas c'est évident

    Payer content quand on est pas content

    Et réciproquement ...

     

    C'est tout